Le portage salarial en tremplin vers la création d’entreprise

La part des individus qui choisissent le portage comme tremplin vers la création d’entreprise est particulièrement importante. En effet, 60% des cadres qui choisissent le portage salarial ont pour ambition initiale de créer leur propre entreprise. Parmi ceux-ci, 30% mènent leur projet à terme, 29% retournent vers une activité salariée classique et 3% continuent de pratiquer une activité liée au portage ou au consulting. La volonté d’avoir sa propre activité est donc motrice dans le recours au portage salarial.

Le portage permet en effet de débuter rapidement et sans frais une activité, sans difficultés administratives. Il permet de se concentrer complètement sur le développement de sa profession. Si la personne désire toujours monter sa propre entreprise au bout d’un certain temps, elle aura déjà un carnet d’adresses, des clients, une expérience mobilisable immédiatement qui lui confèrera des probabilités de réussite étonnantes. L’investissement financier personnel sera alors plus sécurisé, ce qui peut rassurer nombres d’individus. D’ailleurs, la plupart des personnes qui créent leur entreprise après une expérience dans le portage arrivent à un solde positif dès la première année.

En outre, le portage permet de conserver ses droits à une indemnité chômage en cas d’échec ou de non prolongation de l’activité. Il représente une véritable sécurité dans le développement d’une nouvelle activité.

Le portage peut donc servir ici de désinhibant. Pour ceux qui le souhaitent, il peut être considéré comme un tremplin intéressant. En minimisant le risque lié à la création d’entreprise, il permet à certains individus qui ne l’auraient pas fait par peur de l’échec et de ses conséquences de s’engager dans une activité indépendante.

Car créer son entreprise n’est pas chose aisée. Sans réserve d’argent ou sans démarrage immédiat de l’activité, il est difficile de faire face aux nombreuses charges qui assaillent le créateur dès le commencement de sa nouvelle activité. Il ne s’agit pas ici de dire que les charges ne sont pas justifiées. Elles sont certainement difficiles à assumer lorsqu’il s’agit de démarrer à partir de rien. Par conséquent, la création d’entreprise n’est pas facilement ouverte à tous. Elle reste freinée par une législation très stricte et des charges importantes, décourageant de nombreux postulants.

Néanmoins, la réglementation et les charges financières ne sont pas le seul frein à l’entrepreneuriat. Les questions administratives sont d’autres problèmes que le créateur d’entreprise doit affronter. Il est parfois même difficile de comprendre ce que demandent les administrations tellement ces charges sont lourdes et parfois dures à cerner. Le fort cadre bureaucratique français donne cette lourdeur. Un entrepreneur peut facilement être submergé par ces taches, jusqu’à y passer la plupart de son temps, laissant de côté son métier qui reste sa seule source de revenu. Et inutile de préciser qu’engager quelqu’un pour s’occuper de ces taches n’est pas dans le domaine du possible quand on vient de démarrer une activité.

Ces freins sont donc importants. Ils font reculer de nombreuses personnes soucieuses d’investir sur leur propre activité et sur leur indépendance professionnelle. Nous l’avons vu, la volonté d’entreprendre ne manque pas en France. Le portage est alors une solution pour gagner cette indépendance sans prendre tous les risques. C’est véritablement une nouvelle porte vers l’entreprenariat. En élargissant les possibilités d’action, il encourage de nouveaux individus et leur ouvre la voie.

2 comments for “Le portage salarial en tremplin vers la création d’entreprise

  1. 18 mars 2013 at 12 h 27 min

    un très bon point en effet, le portage permet de créer les fondations (clients, réseaux, marque) de sa future entreprise…

    nb: il me semble que votre flux rss ne fonctionne pas, il m’affiche des caractere bizzare sous mon agrégateur netvibes

  2. 26 mars 2013 at 10 h 21 min

    Merci pur votre commentaire. D’autre par nous allons regarder le problème du Flux.

Comments are closed.