La motivation ne se décrète pas, elle s’alimente

Dans la vie d’un salarié, indépendant, chef d’entreprise il existe des périodes plus compliquées que d’autres. Une somme d’évènements externes ou internes peut amener n’importe qui sur une pente dangereuse et hautement génératrice de stress et de doute.

Nous recevons chaque jour une quantité de signaux de notre environnement. Un compliment, une remarque désobligeante, une rayure sur notre voiture, le sourire de nos enfants, une tartine trop grillée, le coup de fil d’un ami, une dispute de couple, et j’en passe.

L’état d’esprit que nous avons face à ces signaux conditionne notre manière de les interpréter et comment ils peuvent, ou non, nous affecter.

La spirale de la démotivation

Dans certaines situations, suite à une accumulation de signaux négatifs, un individu peut être amené à perdre son énergie, à perdre sa confiance en soi et par ce biais, sa motivation. C’est une spirale qui peut s’avérer particulièrement destructrice.

Ne vous êtes-vous jamais retrouvé dans cette situation où vous avez l’impression que tout va mal ? Que tout va «de travers», que rien ne fonctionne comme vous le souhaiteriez et que vous n’allez jamais vous en sortir ? Bienvenue (façon de parler…) dans le monde du stress et de la démotivation.

En tant que indépendant en portage salarial , et en tant que salarié, si il y a une chose que j’ai pu apprendre lors de ces précédentes années, c’est que la motivation ne se décrète pas, elle s’alimente… et elle a de l’appétit qui plus est !

C’est ici que se situe la principale tâche du manager au quotidien : alimenter la motivation de ses collaborateurs.

Stress et relation managériale

Saviez-vous que dans leur étude sur les principales causes de stress au travail, l’institut Health and Safety Executives a montré que le principal générateur de stress n’est pas lié à l’environnement économique ou à la difficulté d’une mission, mais bel et bien à la relation entretenue entre le collaborateur et son manager.

Il est du devoir du manager de savoir à chaque instant fournir l’énergie nécessaire à ses collaborateurs pour leur donner les moyens, chacun à leur niveau et suivant une séquence appropriée, de contribuer à la réussite de l’entreprise.

Le manager doit savoir identifier la démotivation de ses troupes, et doit savoir apporter les actions correctrices nécessaires.

Il existe trois niveaux de démotivation. Le premier niveau est celui de la perte de confiance en soi… en sa capacité à mener à bien une mission. Le second niveau est celui de la perte de confiance en l’entreprise, en son management direct. Le dernier niveau est celui du blocage, quand il est souvent trop tard… et que le collaborateur acquiert l’intime conviction de l’échec passé, présent ou à venir dans sa mission, ou son parcours au sein de l’entreprise.

La motivation ne se décrète pas, elle s’alimente. Et le manager doit user de tous les outils qu’il a à sa disposition pour la nourrir au quotidien.

Il doit en comprendre la cause, et ne pas faire de raccourcis trop faciles. Un problème de santé, une alerte, peut trouver son origine bien ailleurs que dans des suppositions sur l’hygiène de vie de ses collaborateurs.

Développer la confiance

La démotivation d’une équipe doit faire raisonner aux oreilles du manager une problématique, non pas au sein de ses troupes, mais au cœur même de sa pratique managériale.

Le manager ne doit pas se faire l’avocat du diable et instillé le doute dans les esprits.

Bien au contraire, il doit forger les certitudes et la vision de ses collaborateurs. Son rôle est de valoriser les actions, développer les initiatives, les nourrir et les enrichir, développer la confiance et non l’étouffer.

On ne gagne pas avec les plus forts, on gagne avec ceux qui ne doutent pas.

La motivation, c’est un état d’esprit, une conquête permanente, un travail de tous les jours pour un manager.

A aucun moment celui-ci ne doit oublier que son équipe est indubitablement à l’image de sa pratique managériale.

La motivation ne se décrète pas, elle s’alimente. En tant que manager, si vous êtes confronté à la démotivation de vos équipes, ne cherchez pas les causes dans l’environnement, mais cherchez les dans votre pratique au quotidien.

J’ai déjà entendu la remarque suivante : on a les équipes que l’on mérite. Je n’y crois pas. Je pense plutôt qu’on a les équipes que l’on façonne. Il n’y a pas d’histoire de mérite là dedans. Seulement un travail long et passionnant, et la satisfaction de savoir que notre énergie de manager est dépensée à la seule chose qui compte : le développement de l’humain.

Ce sont les hommes et les femmes qui font la richesse de l’entreprise, et leur motivation est la pierre angulaire de toute réussite.